Alimentation : une autre agriculture est possible et nécessaire

Notre planète sera-t-elle suffisante pour nourrir toute sa population ? Et à quel prix pour l’environnement ?

L’agriculture biologique est la seule à garantir la protection de l’environnement, en réduisant à zéro l’utilisation des pesticides. Elle a aussi d’autres vertus : elle limite l’exposition des agriculteurs à des pesticides qui favorisent des cancers et des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. Un rapporte de 2017 de l’ITAB (institut technique de l’agriculture biologique) montre aussi que l’agriculture biologique crée de l’emploi et renforce les liens sociaux, notamment grâce aux AMAP. Mais en France, seulement 5 % des surfaces agricoles étaient cultivées en bio en 2015 (7,7 % en Rhône-Alpes), d’après l’Agence bio.

On reproche souvent à l’agriculture biologique de ne pas être assez rentable. Qu’en penser ? En 2016, des chercheurs autrichiens ont voulu savoir si la planète pourrait nourrir l’humanité en 2050 sans toucher aux forêts. Les scientifiques ont testé différents scenari : agriculture conventionnelle ou biologique, rentable ou peu rentable, alimentation humaine riche en viande ou végétarienne… Leur résultat : la planète pourra nourrir l’humanité en 2050 sans toucher aux forêts avec une agriculture rentable ou pas, mais il serait préférable que l’homme mange moins de viande.

Pourquoi l’alimentation carnée est-elle un problème ? En moyenne, une alimentation végétarienne nécessite deux fois moins de surface agricole qu’une alimentation riche en viande. L’élevage consomme des céréales qui occupent des surfaces importantes. L’agriculture biologique peut suffire à l’humanité pour se nourrir. Réduire notre consommation de viande apporte aussi des bénéfices à la santé.

Ces questions vous intéressent ? Vous vous interrogez sur le contenu de vos assiettes, sur les OGM ?
Venez en débattre avec Paul Ariès le 24 mai à Oyonnax (Valexpo), à 20h,
lors d’une conférence intitulée « La double révolution alimentaire ».

En parcourant l’histoire de l’alimentation humaine à nos jours, Paul Ariès montre qu’il y a urgence à proposer une autre politique agricole.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire