Leur « vision » du travail : l’attrape-couillon du FN

Article fortement inspiré de celui-ci.

Le programme frontiste (de 2017, on précise, ça change tellement souvent) propose de  :

  • « Fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine. »
  • « Retirer la loi travail (dite loi El Khomri). »
  • « Maintenir la durée légale hebdomadaire du travail à 35 heures. »

L’eldorado socialiste ? Non, comme toujours, derrière les annonces ronflantes du parti d’extrême-droite se cachent de réelles attaques contre les salariés.

Le FN c’est du Macron social avec du Fillon moral

En effet, maintenir la durée légale hebdomadaire du travail à 35 heures, ce serait la proposition n° 63. Sauf que dans la même proposition il est prévu : « d’autoriser la négociation sur l’allongement du temps de travail…au niveau des branches professionnelles et à condition d’une compensation salariale intégrale ». En clair, si la négociation aboutit on peut travailler plus de 35h par semaine sans être payé en heures supplémentaires, exactement comme dans la loi travail.

La même proposition n° 53 prévoit de retirer la loi El Khomri. Sauf que serait maintenu le renversement de la hiérarchie des normes puisque l’accord de branche peut être plus défavorable que la loi. Alors pourquoi la supprimer ? Eh bien parce que la mobilisation des salariés a contraint le gouvernement PS à donner certaines compensations, comme le compte individuel d’activité qui, d’après la proposition n° 44 du soi-disant parti « patriote », serait supprimé.

Plus grave, La proposition n° 10 envisage tout simplement « d’instaurer une véritable liberté syndicale par la suppression du monopole de représentativité syndicale ». Si les syndicats ne sont plus représentatifs, avec qui le patronat va-t-il négocier au niveau de la branche ? Des salariés choisis par lui ? D’autres officines ? Dans son programme de 2012 le Front national prévoyait : « Une grande réforme des syndicats sera mise en œuvre avec comme objectif principal d’assurer une meilleure représentation des salariés. » Bref une fois les syndicats liquidés il sera facile d’installer des structures proches du nouveau pouvoir qui seront toutes disposées à négocier les allongements de temps de travail, voire pire.

Enfin que penser du retour à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations. Rien n’est précisé dans les 144 propositions de 2017 mais, toujours dans le programme de 2012, il était indiqué au regard de cette proposition : « si malgré de fortes économies à faire sur les dépenses néfastes de l’état [comme la culture, ndlr], le système de retraite reste fragile et en danger, alors les français accepteront les sacrifices qu’on leur demandera en augmentant la durée des cotisations ». En clair, le FN est prêt à abandonner cette proposition dès qu’il arrivera au pouvoir.
Dans notre circonscription, la candidate d’extrême-droite se targue de connaître le monde du travail (sic). Elle est tombée sur un os avec notre candidat, qui l’invite bien volontiers à débattre de ces sujets (en dehors des heures de bureau car, contrairement à la plupart des candidats, tous les militants de la France insoumise exercent une profession autres que des mandats politiques ou des emplois fictifs).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire