16 octobre 2018 : changement de régime en macronie

La journée du 16 octobre restera dans nos mémoires :

  • A quelques mois de la prochaine échéance électorale, un procureur déclenche le vol légal de toutes les données politiques d’un parti d’opposition : photos personnelles, mails, documents politiques, stratégie de campagne, agendas, journaux d’appel, conversations privées etc. Le procureur agit sur la base d’allégations d’une semi-démente d’extrême droite, proférées il y a 18 mois. L’accusatrice a elle-même reconnu avoir voulu faire un « pied de nez » à la justice par des dénonciations mensongères. Il instruit également un signalement d’irrégularité dans nos comptes de campagnes. Ce signalement émane du président de la commission des comptes qui a pourtant validé nos comptes sans irrégularités… mais qui en a en revanche signalé dans ceux du candidat Macron. Est-ce du complotisme que de voir ici une manœuvre politique ? Nous pensons que non. L’affaire du coffre-fort de Benalla est dans toutes les mémoires de ceux qui ne croient plus, comme les complotistes de la Cour européenne des droits de l’homme, à l’indépendance du Parquet français.
  • Le remaniement annoncé après le triste épisode Collomb a été officialisé. De nouveaux lobbyistes entrent dans le gouvernement, au nombre desquels l’ancienne communicante-en-chef du groupe Danone, dont la politique africaine sur le lait maternel participe à l’un des plus grands scandales de tous les temps (avec 5000 morts d’enfants africains par jour). Encore un « pied de nez » : cette défenseuse de l’huile de palme entre à l’Ecologie, ministère qu’avait quitté Hulot en dénonçant la mainmise de lobbies. La boucle est ainsi bouclée.
  • L’inénarrable Castaner prend le maroquin de l’intérieur. Castaner ne comprend rien à rien. Il n’a aucune compétence d’aucune sorte. Ses sorties passées sur la laïcité et la sécurité laissent présager le naufrage auquel nous allons assister. Ses deux seules qualités pour le poste : être un très poche du monarque et être le seul volontaire pour embarquer au moment où le navire prend l’eau de toute part. Si l’on peut s’amuser de la situation, il ne faut pas oublier que l’Intérieur a la main sur les services de renseignement.
  • Profitant du bruit médiatique du jour, le gouvernement a désigné le futur procureur de la République de Paris, remplaçant de F. Mollins. C’est M. Heitz, un proche de la ministre, qui occupera se poste après que l’Elysée a refusé trois candidatures. Indépendance de la justice.
  • Enfin, c’est un président sombre, solitaire et hésitant qui a pris la parole à 20h pour nous dire qu’il ne changeait ni de cap, ni de politique. Il a ajouté que si ses réformes n’allaient pas assez vite, c’était à cause des institutions et de leur lenteur, c’est-à-dire à cause de la démocratie. Fait passé inaperçu dans le brouhaha de la journée : il a annoncé qu’il allait « organiser les religions en France ». Tout un programme.

Décidément, le 16 octobre 2018 restera comme une date charnière en macronie.

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire